Beau et bon départ de ROUTE Halifax Saint-Pierre 2018

Route Halifax / Saint-Pierre

La Vidéo du Jour

Une énorme envie d’en découdre

“J’ai bien dormi cette nuit, je me sens en pleine forme pour attaquer le parcours vers Saint-Pierre et Miquelon ! Tout l’équipage est impatient de couper la ligne de départ.” souriait Gaëlle Halliday au moment de larguer les amarres du J33, “Bella J”. Tôt ce matin, le ponton de la ROUTE devant le Waterfront de la ville canadienne d’Halifax était en ébullition. “Il y a plus de vent que prévu, la course promet d’être rapide ! On a bien dans la tête le record à battre de 29h30 “ lançait le Français Maxime Grimard depuis le cockpit du VOR60 “Esprit de Corps IV”, le plus grand monocoque de la flotte. Avitaillement embarqué, polaires, vestes et cirés sur le dos, bottes de rigueur, bonnets pour certains, les équipages se sont habillés comme il se doit pour ce run endiablé vers les bancs de Terre-Neuve.  “Je souhaite à tous les équipages de prendre un maximum de plaisir tout au long de ces 356 milles jusqu’à Saint-Pierre et Miquelon. Pensez à l’accueil très chaleureux qui vous attend !” confiait le fondateur de ROUTE Halifax Saint-Pierre, Philippe Paturel, également co-skipper du CLASS40 ”Oakcliff Racing Saint-Pierre et Miquelon”.

Cap sur les bancs de Terre-Neuve

Sous un ciel pommelé avec Halifax Waterfront comme décor, accompagnée par les applaudissements du public massé sur les quais, la flotte s’est élancée en deux départs, les CLASS40 et le VOR coupant la ligne dix minutes après les autres équipages. C’est au portant, voiles en ciseaux ou spi en tête que les voiliers ont mis le cap vers l’Océan Atlantique poussés par 15 bons nœuds de vent, le patrouilleur français Fulmar fermant la marche. Il sera le chien de garde de ROUTE Halifax Saint-Pierre jusqu’à l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Le vent de nord-ouest qui devrait progressivement tourner à l’ouest va permettre aux concurrents de remonter rapidement les côtes de la Nouvelle Ecosse sur le même bord durant 120 milles avant la grande traversée vers les bancs de Terre-Neuve.

Interview : Commandant Lemoine, Patrouilleur Fulmar de la Marine Française : “Il est prévu qu’il y ait 2,5 m de creux ces prochaines heures.”

“Le Fulmar va escorter ROUTE Halifax-Saint-Pierre. Nous allons suivre la queue de course parce que c’est souvent là que se concentrent les difficultés, et se tenir parés à venir en aide aux participants en fonction de leurs besoins. Evidemment, chaque équipage, s’il fait appel au Fulmar pour des raisons sérieuses se verra disqualifié parce que cela fait partie des règles de course, mais cela nous permettra de sauvegarder la vie humaine, et de répondre à tout problème matériel qui pourrait se présenter. Les principales difficultés que les équipages de la ROUTE pourront rencontrer sont de deux types : d’une part les courants et l’état de mer. Les courants peuvent être parfois contraires quand on s’approche de l’ouverture du golfe du Saint-Laurent. Par ailleurs, la mer entre la Nouvelle Ecosse et l’Archipel peut monter assez vite quand le vent rentre. Il est prévu qu’on ait 2,5 m de creux dans les prochains jours. Ensuite la différence de température entre l’air et l’eau aux alentours de Saint-Pierre et Miquelon et des bancs de Terre Neuve fait qu’il est fréquent qu’il y ait des bancs de brume à cette période de l’année.”

Et pendant de temps à Saint-Pierre et Miquelon

Le Café de la ROUTE paré de ses toutes nouvelles couleurs de bois et de Bleu, Blanc, Rouge ouvre ses portes à 17h sur le Quai Eric Tabarly à Saint-Pierre. Pierrick pour l’apéro en musique puis Chanson d’Occasion et Blague et Hale, tout juste arrivés de leurs concerts pour le départ de la ROUTE à Halifax Waterfront, ouvrent la danse.  Au menu, Dos de Morue à la Dieppoise et desserts maison pour débuter la fête. Tout le monde attend la ROUTE à Saint-Pierre et Miquelon.